Femme avec un T-shirt blanc et qui tient un ruban rose dans sa main gauche

Dépistage du cancer du sein : vrai ou faux ?

En Belgique, le cancer du sein touche tous les ans près de 11 000 femmes (contre environ 100 hommes).

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les femmes entre 50 et 69 ans peuvent bénéficier d'une mammographie de dépistage tous les 2 ans. L'organisation Think Pink a d'ailleurs lancé une nouvelle campagne de sensibilisation à ce sujet.

Femme avec un T-shirt blanc et qui tient un ruban rose dans sa main gauche
Vous vous posez des questions sur le dépistage du cancer du sein ? Nous démêlons pour vous le vrai du faux.
  • L’auto-examen est la meilleure manière de dépister précocement le cancer du sein

    Faux.
    À tout âge, il est important de contrôler régulièrement votre poitrine en l’observant et en la palpant. Si vous constatez ou ressentez des changements, consultez aussi vite que possible votre médecin ou votre gynécologue. 
    Certains changements sont cependant invisibles ou imperceptibles : il est conseillé aux femmes de 50 à 69 ans inclus d’effectuer une mammographie de dépistage tous les deux ans pour déceler le cancer du sein avant que les symptômes ne soient visibles.

  • La plupart des femmes atteintes d’un cancer du sein souffrent d’une forme héréditaire

    Faux.
    Seul un nombre limité de femmes qui sont atteintes d’un cancer du sein souffrent d’une forme héréditaire ou d’un facteur familial connu. Chez la plupart des femmes qui souffrent du cancer du sein, la cause est inconnue. Le cancer du sein peut donc toucher tout le monde. C’est pourquoi le dépistage précoce est important.
     

  • Il est recommandé aux femmes de 50 à 69 ans inclus d’effectuer un dépistage tous les deux ans

    Vrai.
    Et ce, même si les femmes de cette catégorie d'âge ne présentent aucun symptôme ou risque accru.
    Vous avez eu un cancer du sein ou vous présentez un risque accru en raison de facteurs héréditaires ? Il est alors préférable de vous faire suivre individuellement par votre médecin.

  • Un dépistage est-il approprié pour les femmes de moins de 50 ans ?

    Chez la femme de moins de 50 ans, le sein contient encore beaucoup de tissu glandulaire. La mammographie de dépistage est moins appropriée pour la détection précoce. À un âge plus avancé, le tissu glandulaire s’est transformé en grande partie en tissu graisseux, qui est beaucoup moins sensible à la radiation.

    Les femmes de moins de 50 ans ou de plus de 69 ans peuvent aussi développer un cancer du sein. Si vous avez des douleurs ou si vous constatez des changements d’aspect de votre/vos sein(s), il est important que vous consultiez votre médecin aussi vite que possible. Il déterminera avec vous comment vous faire examiner de la meilleure façon. 

  • Avec une mammographie de dépistage, je sais avec certitude si j'ai le cancer du sein ou non

    Faux.
    Une mammographie de dépistage a pour but de détecter à temps les anomalies pouvant indiquer un cancer du sein avant que des symptômes ou une modification des seins ne soient remarqués. Si le cancer du sein est découvert à un stade précoce, les chances de guérison sont plus élevées. 

    • Chez 95 % des participantes, aucune anomalie n’est détectée. Il est recommandé à ce groupe de faire à nouveau l’examen deux ans plus tard. 
    • Chez environ 5 % des participantes, une anomalie est détectée, ce qui ne signifie pas forcément que la personne souffre d’un cancer du sein. Un examen complémentaire est alors nécessaire : mammographie (directement après le résultat ou six mois plus tard), échographie, biopsie...

      Remarque : les examens complémentaires ne sont pas gratuits. Chez 9 femmes sur 10, des examens complémentaires démontrent qu’il s’agit d’une anomalie bénigne ou qu’il n’y a rien de spécial à signaler.

  • Une mammographie de dépistage est toujours douloureuse

    Faux.
    Le sein est posé sur un plateau de soutien et ensuite compressé pendant quelques secondes entre deux plateaux. Certaines femmes trouvent cette expérience désagréable, voire douloureuse, d’autres ne ressentent aucune douleur. La compression est nécessaire pour réaliser des radiographies nettes et limiter le risque de rayonnement. La sensation désagréable disparaît souvent très vite après l’examen. 
     

  • Au moins 2 radiologues examinent en toute indépendance la mammographie de dépistage

    Vrai.
    En faisant examiner la mammographie par deux médecins indépendamment l’un de l’autre, le risque de résultat erroné est limité au maximum.
    En cas d’analyses divergentes, un troisième radiologue examinera les mammographies.

  • Plus d'infos ?