Campagne de vaccination contre la COVID-19

La vaccination contre la COVID-19

La campagne de vaccination touche à sa fin. Toute personne domiciliée en Belgique et âgée de 12 ans ou plus a eu la possibilité de se faire vacciner gratuitement contre le Covid-19. 
Les autorités belges ont à présent décidé d'accorder une dose de vaccin supplémentaire à certaines personnes.

dame se fait vacciner
Retrouvez ci-dessous les réponses à toutes vos questions.
  • Pourquoi une dose supplémentaire ?

    Les personnes dont l'immunité est réduite en raison d'une certaine maladie ou d'un traitement, comme les personnes séropositives, les patients atteints d'un cancer ou transplantés, produisent moins d’anticorps après leur première ou deuxième vaccination de base. Les données scientifiques les plus récentes montrent que l’administration d’une dose supplémentaire de vaccin à ARNm (actuellement Pfizer ou Moderna) peut entraîner une augmentation des anticorps et une réponse immunitaire plus forte.

  • Qui est susceptible de recevoir cette dose supplémentaire ?

    Les catégories suivantes de personnes âgées de 12 ans et plus ont été sélectionnées pour recevoir une dose supplémentaire :

    •  Les patients atteints de troubles immunitaires congénitaux ;
    • les personnes ayant une immunité réduite, causée par une certaine maladie ou un certain traitement ;
    • Les patients sous dialyse rénale chronique ;
    • Les patients infectés par le VIH dont le nombre de cellules CD4 est inférieur à 200 par mm³ de sang ;
    • Les patients atteints d'un cancer du sang ou d'autres tumeurs malignes, qui sont ou ont été sous traitement actif au cours des 3 dernières années ;
    • Les patients en pré-greffe, greffe de cellules souches et greffe d'organes ;
    • Les patients atteints de maladies inflammatoires traités par immunosuppresseurs.

    Bon à savoir
    Certaines catégories de patients vaccinés prioritairement (par exemple les personnes diabétiques) répondent aussi efficacement à la vaccination que les personnes en bonne santé. Ces personnes n'ont donc pas besoin d'une injection supplémentaire du vaccin.
     

  • Comment serez-vous invité ?

    Vous recevrez une invitation par courrier. Si votre e-mail et/ou votre numéro de téléphone portable sont connus de votre mutualité, vous recevrez également un e-mail et/ou un SMS d'invitation.

    • Les personnes résidant dans un centre de soins

    Les personnes sélectionnées qui résident dans un centre de soins ou un hébergement collectif (maison de repos, maison de repos et de soins, service résidentiel pour personnes handicapées, etc.) seront également invitées au centre de vaccination pour cette vaccination supplémentaire. 
    En concertation avec le centre de vaccination, une vaccination à domicile peut être organisée avec l’appui du médecin généraliste qui gère le DMG (dossier médical global) du patient.

    • Les personnes (à risque) concernées seront invitées automatiquement sur la base des données de leur mutualité et/ou de leur médecin traitant. 

    Si vous avez reçu l'invitation via différents canaux, soyez assuré d'être informé à temps. Nous vous conseillons de vérifier/compléter vos coordonnées : via notre e-Guichet ou auprès de votre mutualité
    ​​​​​​​Plus d’informations sur la lettre d’invitation : jemevaccine.be​

  • Quel vaccin est utilisé pour la dose supplémentaire ?

    Pour cette dose supplémentaire, les personnes concernées seront vaccinées avec les vaccins Pfizer ou Moderna, quel que soit le vaccin reçu au départ (Pfizer, Moderna, Astra Zeneca ou Johnson & Johnson). Il s’avère que la réponse immunitaire la plus élevée réside dans la combinaison entre les vaccins Astra Zeneca et les vaccins à ARNm (Pfizer ou Moderna).

  • Où cette dose supplémentaire sera-t-elle donnée ?

    En principe, la vaccination aura lieu dans le centre de vaccination où vous avez reçu vos premiers vaccins et ce au plus tôt 4 semaines après votre dernière injection. Si ce centre de vaccination a fermé, vous serez invité dans un autre centre de vaccination situé le plus près possible de votre lieu de résidence.

  • Vais-je recevoir une invitation ou dois-je entreprendre des démarches particulières ?

    Les personnes (à risque) concernées seront invitées automatiquement sur la base des données de leur mutualité et/ou de leur médecin traitant. 
    Si vous avez un DMG (dossier médical global) chez votre médecin généraliste, il vous a peut-être déjà ajouté à la liste des personnes qui seront invitées pour une dose supplémentaire du vaccin.

  • Mon médecin généraliste a reçu une lettre du Collège intermutualiste national. Quid ?

    • L’ensemble des mutualités, regroupées au sein du CIN (Collège intermutualiste national), ont sélectionné les personnes qui devaient recevoir une dose supplémentaire du vaccin, selon les critères fixés par le Conseil Supérieur de la Santé.  
    • Les mutualités constatent désormais que cette sélection n'a pas abouti pour moins de 0,3% des personnes concernées. Il s’agit vraisemblablement d’un problème lié au schéma vaccinal précédent. Les médecins généralistes de ces personnes sont donc prévenus par courrier afin de vérifier si ces personnes ont besoin d'une dose supplémentaire de vaccin. 
    • Si vous êtes dans ce cas, votre médecin généraliste doit vous prévenir et vous orienter vers le centre de vaccination adéquat avec un certificat indiquant qu'une injection supplémentaire est encore nécessaire. 
  • Qui décide de l'ordre d’envoi des invitations pour cette dose supplémentaire de vaccin ?

    • Les mutualités n'ont aucune influence sur l'ordre de vaccination.
    • Les invitations seront envoyées  aux personnes les plus âgées en priorité pour terminer par les plus jeunes.
    • Selon les places disponibles dans votre région, cela peut se faire à un rythme différent. L'intention est de faire vacciner tout le groupe au plus tard pour le 15 octobre
  • Que faire si vous ne figurez pas sur la liste alors que vous présentez un risque accru ?

    Vous êtes un patient à risque et pouvez prétendre à une dose supplémentaire si vous êtes : 

    • atteint de troubles immunitaires congénitaux ;
    • infecté par le VIH et que le nombre de vos cellules CD4 est inférieur à 200 par mm³ de sang ;
    • atteint d'un cancer du sang ou d'autres tumeurs malignes, dont le diagnostic n'a été posé qu'après le 01-04-2021 ;
    • en pré-greffe, ou que vous avez bénéficié d’une greffe de cellules souches ou d’une greffe d'organe après le 01-04-2021 ;
    • atteint d’une maladie inflammatoire et que vous avez débuté un traitement par immunosuppresseurs après le 01-04-2021 .

    Il existe un risque que vous ne figuriez pas sur la liste de votre organisme assureur/mutualité à partir du 20 septembre. En effet, les organismes assureurs ne disposent pas des informations postérieures au 1/4/2021.
    Par exemple : vous souffrez d'un trouble immunitaire congénital qui ne nécessite pas de traitement et vous n'avez jamais consulté de médecin à ce sujet.

    Que dois-je faire dans ce cas ? 

    • Prenez rendez-vous avec votre médecin traitant. Il pourra vous ajouter à la liste des patients à risque, même après la mi-septembre. Les personnes qui n'ont pas de médecin généraliste fixe doivent prendre rendez-vous avec un médecin généraliste de leur choix, afin qu'il établisse un dossier médical et vous ajoute à la liste, pour que vous puissiez également être invité à vous faire vacciner.
    • Si vous n'êtes suivi que par un spécialiste pour votre traitement médical, le spécialiste peut contacter votre médecin traitant pour vous ajouter à la liste.
  • Les mutualités peuvent-elles ajouter quelqu'un à la liste des personnes à risque prochainement invitées à se faire vacciner?

    Non. La sélection via les mutualités se fait uniquement et automatiquement sur base de vos factures de santé Les mutualités ne peuvent ajouter personne manuellement, même si vous remplissez certains critères. Prenez contact avec votre médecin traitant.

  • Comment savoir si vous êtes sur la liste des personnes à risque qui seront prochainement vaccinées ?

    Consultez www.healthviewer.be​ pour savoir si vous figurez sur la liste des patients à risque qui peuvent se faire vacciner en priorité contre la COVID-19.

    Vous ne savez pas encore clairement si vous figurez sur la liste ?
    Contactez votre mutualité. Quelques employés de votre mutualité, sous la supervision du médecin directeur, seront habilités à vous fournir la réponse. 

    Si vous voulez savoir pourquoi vous êtes ou n'êtes pas sur la liste, vous devrez contacter votre médecin généraliste. Il ou elle connaît les paramètres de sélection et peut les vérifier en lien avec votre état de santé.

  • Quel est le schéma pour les patients à haut risque âgés de 45 à 64 ans ?

    • Vous avez le cancer :
      • ​vous avez reçu un traitement anticancéreux pour une tumeur au cours des cinq dernières années. 
      • Si vous êtes considéré en rémission depuis cinq ans ou plus, vous n'êtes pas sur la liste. Personne ne pourra vous ajouter à la liste.
    • ​Vous êtes diabétique : 
      • ​vous prenez des médicaments pour baisser votre glycémie (par voie orale ou seringues).
      • Si vous avez un dossier médical global (DMG) chez votre médecin généraliste, ce médecin s’assurera que vous êtes sur la liste.
      • Si vous n’avez pas de médecin et que vous souhaitez vous faire vacciner en priorité, vous devez rencontrer un médecin pour qu’il puisse éventuellement vous enregistrer.
      • Si vous êtes diabétique, mais que vous ne suivez aucun traitement ou que vous suivez un traitement alternatif, vous n’êtes pas sur la liste.
    • ​Vous avez des problèmes pulmonaires graves :
      • ​vous recevez de l'oxygène ou une assistance respiratoire chronique (s'applique également à l'obésité).
      •  Si vous souffrez du syndrome d'apnée du sommeil, vous n'êtes pas prioritaire pour la vaccination.
      • vous prenez des médicaments tous les jours depuis au moins 3 mois (par exemple les inhalateurs).
    • ​Vous souffrez d'hypertension artérielle : vous prenez des médicaments tous les jours depuis au moins 3 mois.
    • Vous avez une maladie cardiaque : vous avez suivi une rééducation cardiaque à l'hôpital.
    • Patient d’une clinique de la mémoire ou prenant des médicaments pour la démence.
    • Traitement logopédique suite à un accident vasculaire cérébral (AVC / hémorragie cérébrale, accident vasculaire cérébral - infarctus cérébral) au cours de la dernière année
    • erseninfarct) 
  • Qui sont les personnes à risque ne figurant pas dans la liste (de 18 ans à 64 ans) ?

    • Transplantation : vous avez été transplanté ou êtes en attente d’une transplantation.
    • Dialyse rénale (rein artificiel) : toute forme d'hémodialyse, dialyse abdominale. Les personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique qui ne sont traitées que par un spécialiste sans aucune forme de dialyse ne seront pas prioritaires.
    • Cancer du sang diagnostiqué avant le 30 juin 2020.
    • Vous prenez des immunosuppresseurs depuis plus de 3 mois et avant la date du 30 juin.2020.
  • Que faire si j'ai plus de 64 ans et que je réponds à un des critères de comorbidité ci-dessus ?

    Vous ne devez rien faire, si vous avez plus de 64 ans, vous serez invité en priorité de par votre âge.

  • Les personnes souffrant des affections suivantes ne sont pas automatiquement reprises dans les listes des personnes invitées à se faire vacciner :

    • Trisomie : vous ne vivez pas en collectivité, vous ne souffrez d'aucune des affections énumérées ci-dessus et vous n'avez pas de médecin.
    • VIH : votre traitement est récent ou n'obtient pas l'effet escompté (vous avez une valeur CD + <350 cellules / µL), vous ne répondez à aucune des conditions mentionnées ci-dessus et vous n'avez pas de médecin.
    • Obésité avec un IMC ≥ 30 : vous ne répondez à aucune des conditions mentionnées ci-dessus, vous n'avez pas subi de chirurgie pour cette obésité au cours de la dernière année et vous n'avez pas de médecin.
    • Maladie rare faisant partie du registre officiel des affections rares : vous n'avez jamais consulté un médecin généraliste ou transmis les rapports de votre spécialiste à un médecin généraliste.
    • Insuffisance hépatique : vous ne répondez à aucune des conditions mentionnées ci-dessus et vous n'avez jamais consulté un médecin généraliste ou transmis les rapports de votre spécialiste à un médecin généraliste.

    Vous avez un doute et ne savez pas si vous figurez sur la liste ?

    • Quelques employés de votre mutualité, sous la supervision du médecin directeur, seront habilités à vous fournir la réponse. 
    • Si vous voulez savoir pourquoi vous êtes ou n'êtes pas sur la liste, vous devrez contacter votre médecin généraliste. Il ou elle connaît les paramètres de sélection et peut les vérifier en lien avec votre état de santé.
  • Les mutualités peuvent-elles ajouter des critères de sélection et des pathologies à la liste?

    Non. 
    Personne ne peut ajouter d'autres affections à la liste des pathologies concernées par la dose de vaccin supplémentaire. Et ce, même si vous avez un certificat d’un médecin spécialiste.

    • Il s’agit d’une liste de conditions exhaustive.
    • Un changement d'âge n'est également plus possible à moins que le Conseil Supérieur de la Santé ne publie un nouvel avis.
    • Pour certaines pathologies, un certain degré de sévérité est ajouté. 
    • Toute personne souffrant d'une maladie et qui ne figure pas dans la liste n'a pas d’office droit à une vaccination précoce.
  • Je ne veux pas figurer sur la liste des personnes à risque, que dois-je faire ?

    • ​Les mutualités ne peuvent pas retirer personne de la liste. Le médecin généraliste ou le médecin qui gère votre DMG (dossier médical global) peut le faire.
    • Vous pouvez également attendre votre invitation et la refuser par téléphone ou via l'application web. De cette façon, vous laissez votre place à quelqu'un d'autre.
    • Vous recevrez une nouvelle invitation lorsque ce sera le tour de vos pairs. Vous pouvez à nouveau la refuser si vous le souhaitez.
  • Dois-je prendre des précautions particulières pour ma vaccination ?

    Non. La vaccination peut être effectuée à tout moment de la journée. Vous n'avez pas besoin d'être à jeun non plus car les repas n'affectent en rien le vaccin.

  • Quand saurai-je quel vaccin je vais recevoir ?

    Vous en serez informé à votre arrivée au centre de vaccination. Il existe un registre précis du vaccin que vous recevez : vous savez de quel lot provient le vaccin et il est toujours possible de le retracer (par exemple en cas d'effets secondaires).

  • Que dois-je faire si j’ai un dossier médical global chez mon médecin (DMG) ?

    Si vous avez un DMG, un double système permet de s'assurer que vous êtes bien sur la liste des patients à haut risque si vous répondez aux critères.

    1. ​Par l'intermédiaire de votre mutualité
    2. Votre médecin de famille habituel effectuera un bilan de santé. Vous ne devez pas contacter votre médecin ni vous rendre à une consultation.
  • Je n'ai pas de médecin généraliste et pas de dossier médical global (DMG), que dois-je faire ?

    Êtes-vous un patient à haut risque souffrant d'une affection figurant sur la liste, mais ne disposant pas d'un DMG

    • ​Si vous suivez un traitement qui est remboursé par l'assurance maladie, vous avez de toute façon été sélectionné et vous êtes sur la liste des patients à risque. 
    • La liste est établie sur la base des frais de santé que vous engagez auprès d'un prestataire de soins (spécialiste, hôpital, pharmacie, etc.). Vous n'avez donc pas besoin de contacter un médecin généraliste.

    ​Cependant, certaines conditions génèrent peu de coûts spécifiques et ne sont donc pas suivies. Dans ce cas, il est conseillé de consulter un médecin de famille (voir aussi : Comment savoir si je suis sur la liste des mutualités ?)

  • Je suis enceinte. Puis-je me faire vacciner ?

    Les données scientifiques montrent qu'il est sans danger de se faire vacciner contre le COVID-19 pendant la grossesse. Le vaccin vous protège contre un risque accru de complications en cas d'infection par la COVID-19. En outre, le bébé bénéficiera d'anticorps contre la COVID-19. 

    Bon à savoir
    Veuillez noter que le vaccin ne doit être qu'un vaccin à ARNm. Lorsque vous recevez votre invitation, assurez-vous de vérifier que vous êtes invité à une vaccination avec un vaccin à ARNm.

  • Y a-t-il un remboursement pour les effets secondaires médicaux d'un vaccin ?

    Oui, vous êtes remboursé si, à cause d'effets secondaires :

    • vous consultez un médecin
    • vous achetez des médicaments (par exemple, une pommade antibiotique pour la surinfection à l'endroit de la piqûre)
    • vous vous retrouvez à l'hôpital.

    Ces frais seront remboursés comme pour toute autre maladie. Si vous avez une anaphylaxie connue, il existe une procédure spéciale. Votre médecin généraliste peut vous adresser à un allergologue dans un hôpital reconnu. Pour ce circuit spécial également, aucune facture ne peut être envoyée à la mutuelle ou à la personne vaccinée.

  • Je ne suis pas autorisé à me faire vacciner. Que faire si j'ai besoin d'un Covid Safe Ticket basé sur des tests PCR ?

    • Très peu de personnes ne sont pas autorisées à se faire vacciner. Si vous êtes dans ce cas, vous devez avoir une attestation officielle d'un allergologue de référence qui certifie que vous n'êtes pas vaccinable. Un certificat de votre médecin généraliste ou spécialiste n'est pas suffisant. Consultez la liste des allergologues ci-dessous.
    • Un allergologue de référence peut vous fournir une attestation si vous êtes allergique au PEG ou au polysorbate. À terme il y aura sur le marché des vaccins contre le Covid qui ne contiendront plus ces substances et vous pourrez alors vous faire vacciner.
    • Vous avez subi un effet secondaire grave lors de la première vaccination ? Il est alors possible que vous ne puissiez plus recevoir de vaccin en toute sécurité, y compris en milieu hospitalier. Dans ce cas, vous avez également besoin de l’attestation d’un allergologue de référence.
    • Avec cette attestation officielle, vos tests PCR seront remboursés par votre mutualité et ce pour un nombre illimité. De cette façon, le Covid Safe Ticket ne vous coûtera rien.
  • La mutualité peut-elle me fournir le certificat sanitaire européen ?

    Vous pourrez obtenir le certificat sanitaire européen en consultant le site www.myhealthviewer.be. Ce certificat est entré en application le 1er juillet 2021. Les mutualités ne peuvent pas vous fournir ce certificat.

  • Quels sont les trois types de certificats disponibles ?

    • Le certificat de vaccination : il indique quel vaccin vous avez reçu et le nombre de doses. Ce certificat est valable à partir de 2 jours après la vaccination et jusqu’à 1 an après la dernière vaccination. 
    • Le certificat de test : il prouve que vous avez eu un test PCR négatif. Ce certificat est valable jusqu’à 72 heures après le test.
    • Le certificat de rétablissement : il prouve que vous avez eu un test PCR positif. Ce certificat est valable à partir de 11 jours après le test jusqu’à 180 jours après le test.
  • Comment puis-je obtenir mon certificat ?

    • Via l’app CovidSafeBE : identifiez-vous via itsme. Le certificat est alors disponible dans l’application et vous pouvez le stocker dans votre appareil. Vous pouvez aussi faire la demande pour obtenir une version papier. Vous recevrez votre certificat par courrier à votre adresse officielle (délai : 4 jours environ).
    • Via MyHealthVieweret MaSanté : identifiez-vous via itsme ou eID. Vous obtenez ensuite une version PDF du certificat que vous pouvez enregistrer ou imprimer.
    • Via un numéro de téléphone régional : suivez les instructions et communiquez votre numéro de registre national. Vous recevrez votre certificat par courrier à votre adresse officielle (délai : 4 jours environ).

    Flandre : 078 78 78 50
    Bruxelles : 02 214 19 19               
    Wallonie : 071 31 34 93

  • Un enfant âgé de moins de 12 ans peut-il aussi être vacciné ?

    Oui.  
    Sur la base d'un avis favorable du Conseil supérieur de la santé et de plusieurs experts scientifiques, les Ministres de la Santé publique ont marqué leur accord à la vaccination de tous les jeunes de 12 à 15 ans, sur une base volontaire et sous réserve de l’accord parental (ou du tuteur légal). La vaccination sera effectuée avec le vaccin Pfizer/BioNTech, le seul à avoir reçu l’autorisation de l’Agence européenne des médicaments pour être administré à ce groupe d’âge. 

    Tous les jeunes Bruxellois à partir de 12 ans peuvent aussi se faire vacciner. N'hésitez pas à consulter le site dédié à la vaccination à Bruxelles pour plus d'infos.

  • Je suis vacciné. Dois-je encore respecter les mesures de lutte contre le coronavirus ?

    Oui, même si vous êtes vacciné, il est important de continuer à bien respecter les mesures de lutte contre le coronavirus. Le virus et sa propagation ne seront sous contrôle que lorsque plus de 70-80 % de la population sera vaccinée. Des assouplissements seront possibles si la pression sur le système des soins de santé diminue. Mais pour l’instant, il faut continuer à bien suivre ces mesures, pour votre propre sécurité et celle des autres personnes.

  • Je ne me suis pas fait vacciner et j'ai la COVID-19. La mutualité intervient-elle encore dans les frais ?

    Oui. Même si vous décidez de ne pas vous faire vacciner, les frais liés à une contamination à la COVID-19 seront toujourrs remcboursés par l'assurance maladie. 

Attention

Pour certaines pathologies, les mutualités ne peuvent pas trouver les patients à risque sur la base de leurs données. Par conséquent, ils n'apparaissent pas dans la sélection.
  • Si vous êtes atteint de l'une de ces maladies, votre médecin généraliste vous inscrira sur la liste des vaccins prioritaires.
  • Si vous avez un médecin DMG (celui qui gère votre Dossier Médical Global ou DMG), cela se fait automatiquement via le dossier électronique. 
  • Vous n'avez pas de médecin DMG mais vous souhaitez vous faire vacciner en priorité ? Si c'est le cas, consultez un médecin généraliste. 

    Cliquez ici pour en savoir plus sur le rôle des mutualités dans la campagne de vaccination  

Méfiez vous des mails et sms frauduleux !

  • La vaccination est toujours gratuite. Les mails et les SMS vous demandant de payer ou de communiquer des coordonnées bancaires ou de crédit sont faux. Ne leur répondez pas.
  • Les invitations officielles à la vaccination ne sont envoyées que par l'intermédiaire de l'adresse électronique cov19-vaccin@doclr.be ou par un message texte du numéro 8811.
  • Une invitation sera toujours suivie d'une lettre.
  • Signalez un e-mail ou un SMS suspect à suspect@safeonweb.be

Vous avez encore des questions sur la vaccination COVID-19 ?

Le gouvernement au niveau francophone a lancé un site web officiel sur la vaccination où vous pouvez trouver plus d'informations sur le vaccin, son fonctionnement, ses effets secondaires éventuels, son organisation, etc.